Le bleu Bobo
laisse baba
dit Boby
( Lapointe)

il faut, coûte que coûte, montrer Bobo dans les musées de France et de Navarre comme on l'afficha, jadis, dans ce fier musée qu'est Bobino,
situé dans  la pas triste rue de la gaité,.
Petit Bobo est devenu grand sous le nom de Pierre Maguelon .
Maguelon émeut  encore, émeut toujours quand on se rappelle Bobo, celui du Cheval d'or, celui qui vous contait des contes où l'imaginaire  côtoyait le merveilleux.  Quand on sortait du Cheval,  on parlait tous "avé l'assent" .
Puis, on courait à la Chope de la Contrescarpe où " couraient le noir borgne et le breton" .
Sa si belle peinture, à Maguelon, était déjà dans ses récits de Provence.
Jean-Pierre Suc, le poète si injustement maudit de la Mouffe, fut le prof de Bobo aux Beaux Arts de Montpellier.
Il lui enseigna, lui inculqua, un bleu mi pers mi myosotis, un bleu Bobo devant lequel le Yves Klein et même le Pablo ne sont que bibines.
Un bleu bobo devant lequel on reste baba aurait pu dire Boby Lapointe, une autre figure légendaire de la fameuse bande du Cheval d'Or.
Le bleu Bobo ou encore bleu de Cabrespine est presque aussi parfait, aussi galant que celui du regard de votre mie, ou qu'un chaud zéphyr.  Les musées doivent à coup sûr, pute borgne, accueillir, avec maints fifres et tambourins, l'oeuvre Maguelonien dans laquelle l'accent veille toujours comme le millésimé veille sur le Pétrus.
Quel talent faut-il avoir pour avoir tant faire rêver Tonton Georges Brassens !
Vous le saurez. Courez, allez voir ce que sait que de bouger le pinceau, la palette, au rythme des battements du coeur,
ce que sait que de peindre un  couple de tourterelles amoureuses mais sombres, un Riffard mi figue mi raisin,
une Barbara ( le noir est aussi une couleur ) un Gauguin, avec déjà, dans le chou et les châsses, des vahinés callypiges,
un Django à la guitare nombreuse, un Félix Leclerc songeant qu'il n'est bon bec que du Québec, avec ou sans souliers,
une mamé en cuisine qui sent-bon,  un cheval d'or et son enseigne, unique au monde....
Des trésors qui ne sont qu'amours et sans doute et sûrement "Farfelunes".


Gilles Durieux